Une « belle femme »

Hier, j’ai percuté que j’étais ce qu’on peut appeler une « belle femme »…

M’étant toujours trouvée moche soit de visage soit de corps (un peu trop grosse notamment) ou les deux, suivant les différents stades de ma vie, j’aurais éventuellement parfois concédé être un peu « jolie » (ce qui pour moi est beaucoup moins fort que « belle »), mais de là à accepter de croire que selon les critères communément admis je puisse être une « belle femme », il y avait un monde…

Et cela reste difficile pour moi à l’heure actuelle tellement cela va à l’encontre de mes croyances.
Dans mon rapport avec les hommes, j’ai donc, à travers le temps, joué au garçon manqué, bagarreuse ou dans un rapport de force « pour jouer », notamment pour me protéger du rejet ou de l’indifférence, ou alors j’agissais (inconsciemment) comme une enfant (émerveillée, naïve), mais pas vraiment comme une femme, et encore moins comme une « belle femme ».

Il faut dire que je me serais davantage détestée en manipulatrice, jouant de ses atouts sexy pour manipuler les hommes. En voulant fuir ce genre de comportement, et pour me protéger du désir que j’aurais pu inspirer à des hommes que je ne désirais pas, j’ai donc évité d’exprimer la partie vraiment « femme » de ma personnalité et je constate aujourd’hui combien cette partie de moi en est triste.

A moi de découvrir à partie de maintenant comment exprimer ma féminité sans pour autant tomber dans la provocation ou la vulgarité, tout en me respectant et m’exprimant dans cette dimension de mon être.

Julie ♣ Tiana

 

Merci à ma masseuse de m’avoir aidée à faire cette prise de conscience 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *